Excursions Etna, tour etna, trekking etna Excursion etna, excursions sur l’etna, tour etna, trekking etna, etna volcan

Le Volcan Etna

Le tremblement de terre de 1693

La ville de Catane a subi plusieurs événements dévastateurs au XVIIe siècle, comme l’éruption de 1669 et le tremblement de terre catastrophique du 11 janvier 1693, qui a détruit presque toute la ville.
Deux légendes sont liées à ce terrible cataclysme : la légende de “Don Arcaloro” et celle de “Mgr Carafa”.
La première raconte la matinée du 10 janvier 1693. Une sorcière locale redoutée et célèbre se rendit au Baron Don Arcaloro Scammacca du palais de Catane et lui ordonna d’apparaître à la fenêtre. Elle a expliqué qu’elle avait besoin de relayer des informations de la plus haute urgence et importance : c’était une question de vie ou de mort !
Les serviteurs ne la laissèrent pas passer, mais Don Arcaloro la laissa entrer parce qu’il la connaissait.

La vieille sorcière a dit au baron qu’elle avait rêvé pendant la nuit de Sant’Agata suppliant le Seigneur de sauver sa ville du tremblement de terre.
Mais le Seigneur refusa d’exaucer son vœu, à cause des péchés graves commis par les gens de Catane. Le Seigneur a parlé d’une prophétie: “Don Arcaloru, Don Arcaloru, dumani. A vintin’ura, a Catania s’abballa senza sonu” (“Don Arcaloru, Don Arcaloru, demain à 8 heures, Catane dansera en silence”).
Le baron prudent comprit aussitôt ce que signifiait “danser en silence” et, après avoir récompensé généreusement la vieille sorcière, il s’enfuit à la campagne, où il attendait l’heure fatale. Le tremblement de terre a eu lieu avec ses conséquences catastrophiques, au bon moment prédit par la sorcière.
La deuxième légende, liée au tremblement de terre de 1693, parle de l’évêque Francesco Carafa, qui a dirigé l’autorité séculière de Catane de 1687 à 1692.
Selon la légende, ce bon évêque aurait sauvé deux fois sa ville bien-aimée des risques sismiques grâce à sa fervente prière.
Il mourut en 1692. L’année suivant sa mort, Catane a été détruite par le tremblement de terre, puisque ses prières n’étaient plus faites.